Fédération des Organisations des Producteurs Agricole du Congo au Nord-Kivu

Appel à consultance au projet PREPAR ou « Renforcement des capacités d’action politique des Organisations de Producteurs Agricoles et de leurs fédérations nationale et provinciales en RD Congo »

vendredi 22 janvier 2016 par Jean Baptiste Musabyimana

La consultance demandée par WWF s’inscrit dans le résultat 5 du projet PREPAR (pour le thème environnement) et doit contribuer à l’élaboration d’une approche innovante permettant de renforcer les capacités des organisations paysannes (« le partage des approches innovatrices porteuses sur les thèmes prioritaires et transversaux, le genre, l’inclusion des jeunes et la protection de l’environnement, renforcent les capacités des organisations paysannes (OPA) en tant qu’interlocuteur valable vis-à-vis la société congolaise et ses partenaires »).


Termes de Référence pour consultance(s)

Projet : PREPAR ou « Renforcement des capacités d’action politique des Organisations de Producteurs Agricoles et de leurs fédérations nationale et provinciales en RD Congo  »
Porteur de projet : TRIAS (http://www.trias.ngo/fr)
Partenaires :
Province ONG accompagnatrice Autres organisations impliquées
Bas Congo SOS Faim Le Monde Selon les Femmes, RCN Justice & Démocratie, ULB coopération (ancien SLCD) et WWF Be
Bandundu Caritas International
Equateur Solsoc
Kasaï Oriental BD
Nord Kivu (+ Ituri) Vredeseilanden
Sud Kivu Oxfam Solidarités

Objectifs de WWF dans le cadre du projet PREPAR :

Les partenaires du projet sont membres de l’Alliance AgriCongo. Cette alliance regroupe des organisations belges qui, en concertation entre elles et avec leurs partenaires locaux, soutiennent l’agriculture familiale en République démocratique du Congo.
La participation du WWF dans cette alliance concerne :
- l’amélioration de la prise en compte de l’impact environnemental des activités agricoles ;
- l’identification des moyens/méthodes permettant de réduire, le cas échéant, ces impacts environnementaux ;
- la valorisation de ces méthodes qui combinent impact positif sur l’environnement et amélioration des productions/revenus des agriculteurs
Les travaux issus de cette participation doivent pouvoir être partagés/échangés avec les bénéficiaires du projet PREPAR, à savoir les organisations paysannes (OPA) congolaises actives avec nos partenaires de l’Alliance AgriCongo.

Description de la consultance :
La consultance demandée par WWF s’inscrit dans le résultat 5 du projet PREPAR (pour le thème environnement) et doit contribuer à l’élaboration d’une approche innovante permettant de renforcer les capacités des organisations paysannes (« le partage des approches innovatrices porteuses sur les thèmes prioritaires et transversaux, le genre, l’inclusion des jeunes et la protection de l’environnement, renforcent les capacités des organisations paysannes (OPA) en tant qu’interlocuteur valable vis-à-vis la société congolaise et ses partenaires »).
Période d’exécution  : mi-février à mi-avril 2016
Lieux : Kisantu et localisation de l’atelier provincial (à décider) Territoire du Kongo-Central, RDC

1. Contexte et justification
Pour la grande majorité de la population congolaise, l’agriculture est le principal moyen d’existence. La grande superficie de la RDC avec ses terres fertiles, son climat favorable et avec l’ambition des paysan(ne)s de produire et de gagner plus, démontrent le grand potentiel du secteur agricole. L’agriculture pèse non-seulement à 35% du PNB mais au niveau des ménages concernés, elle détermine la quasi-totalité des décisions économiques. L’absence d’un encadrement effectif et la défaillance des infrastructures pour le stockage, la transformation et le transport des produits agricoles pour pourvoir à la demande sur les marchés locaux, urbains et/ou internationaux forment néanmoins un grand frein à la croissance et au développement de la population rurale.
Les carrefours paysans soutenus par les membres d’AgriCongo depuis 2010 ont souligné l’importance de la mise en réseau, de la structuration et du plaidoyer par les OPA et ont identifié quatre thèmes prioritaires, à savoir la loi agricole, les questions foncières, l’amélioration de l’infrastructure rurale et le financement agricole. Ces thèmes ont été validés et approfondis au cours des ateliers du projet synergie exécuté en 2012 et 2013, sous la coupole de la CONAPAC, syndicat paysan. Ensuite, la voix paysanne a été amplifiée via la participation des représentants des paysans dans des commissions et comités aux différents niveaux qui traitent des sujets qui touchent aux intérêts du monde rural. Les OPA et leurs structures faîtières aux niveaux des territoires, provinces et national ont fait preuve de la capacité d’agir en faveur des producteurs et productrices agricoles. Les résultats de ce premier investissement, qui a permis de construire des capacités significatives, méritent d’être intensifiés et consolidés dans une deuxième phase.
Les capacités des OPA en matière d’analyse des problèmes, de plaidoyer et de sensibilisation, de constitution de réseaux, de gestion et de mobilisation de ressources doivent encore être renforcées. Les OPA manquent de moyens et se trouvent souvent isolées face aux défis multiples. Les distances géographiques, les infrastructures en mauvais état, et les faibles moyens de communication contribuent à cette isolation. D’autre part, bien que les OPA sont ancrées localement et représentatives, les autorités à différents niveaux ne sont pas toujours capables ou disposés à faciliter leur participation aux divers plateformes de concertation. En plus, les capacités et les moyens pour préparer d’une manière technique et participative la prise de position par les OPA dans ces forums publics font encore défaut.
Aujourd’hui, le contexte socio-économique de la RDC offre aussi un tremplin pour asseoir une véritable structuration du monde paysan. Cette deuxième phase d’appui aux structures paysannes congolaises apportera une grande valeur ajoutée au dialogue public/privé, une communication entre les différentes strates de la société et des organisations, et une inter-provincialité sans précédent, dans un pays qui compte une grande diversité culturelle et des espaces agro-écologiques différents. Tous font pourtant face aux mêmes défis pour atteindre leur objectif commun : un secteur agricole performant, modernisé et contribuant de manière significative au développement de la RDC dans son ensemble.
Le projet prévoit également le partage des approches innovatrices porteuses sur les thèmes prioritaires et transversaux, le genre, l’inclusion des jeunes et la protection de l’environnement, renforcent les capacités des OPA en tant qu’interlocuteur valable vis-à-vis la société congolaise et ses partenaires.
Les programmes réguliers des OPA soutenues par leurs partenaires membres d’AgriCongo et la première phase du projet synergie ont abouti à des expériences réussies dans certaines localités et provinces qui méritent d’être partagés afin d’inspirer les autres OPA. La capitalisation de ces expériences sur les thèmes prioritaires et transversaux des membres d’AgriCongo se fera à travers leur documentation, la publication et la diffusion. Celles-ci seront en lien avec les éléments de plaidoyer décrits ci-dessus et les quatre autres résultats du projet. Une des cinq approches innovatrices porteuses retenues est le thème transversal ‘environnement’ : agriculture et biodiversité.
Le WWF contribuera à l’intégration des aspects concernant l’environnement en apportant son expertise et en suscitant le débat autour des enjeux liant agriculture et environnement. Un travail participatif de terrain permettant de valoriser les savoirs des OPA sera organisé dans la province du Kongo-Central via l’élaboration d’une étude d’impact environnementale et la formulation de pistes de solutions.
2. Objectifs et tâches
Dans ce contexte WWF Be lance un appel à consultance pour la réalisation de 2 études :
1) Lot 1 :
Objectifs et résultats attendus :
L’objectif général de cette partie de l’étude vise l’évaluation, à titre pilote, de l’impact environnemental des systèmes agricoles mis en place par les agriculteurs partenaires de l’ONG Coordination Caritas Développement Santé (CCDS) à Kisantu (partenaire de l’ONG belge ULB coopération).
L’objectif de la présente étude vise à produire un outil d’analyse d’impact environnemental (AIE) utilisable par les animateurs d’ONG locales et de le tester auprès des agriculteurs du partenaire mentionné ci-dessus. Cet outil et les résultats du test devront être présentés et présentables aux paysans et ONG avec lequel il aura été élaboré et ce, dans le cadre d’un atelier d’échanges qui sera réalisé au Congo-Central durant la 2ème quinzaine d’avril. La fin de la mission devra coïncider avec la restitution à cet atelier évoqué.
Les résultats attendus sont les suivants :
i)Une revue bibliographique des études d’impacts environnementales et outils correspondants réalisées sur des systèmes agricoles en RDC est présentée ;
ii)Un outil d’évaluation de l’impact environnemental des systèmes agricoles paysans, accessible aux animateurs d’ONG est testé, décrit et produit ;
iii)Une description de l’outil et de son utilisation ainsi qu’une méthodologie de l’AIE à travers l’outil proposé ;
iv)Un rapport décrivant le travail de terrain et ses constats concernant l’AIE effectué à Kisantu avec l’ONG CCSD et ses bénéficiaires ;
v)Une présentation synthétique des points précédents (écrite, powerpoint ou autre) pour la restitution aux OPA au sein de l’atelier provincial du PREPAR dans le Kongo-Central ;
vi)Une restitution physique de ce test et une présentation de l’outil en lien avec les travaux d’AIE au sein de l’atelier PREPAR qui se tiendra dans le Kongo-Central dans la 2ème quinzaine d’avril 2016 (date à être confirmé en mars 2016) ;
vii)Un inventaire d’actions simples et efficaces permettant d’atténuer les impacts environnementaux négatifs en vue de renforcer les impacts positifs sont définies.
Tâches du consultant :
i)Participer à une réunion préalable et une réunion de retour de mission avec WWF BE et ULB Coopération (physique ou par skype) ;
ii)Développement d’un plan de travail et d’une méthodologie pour l’élaboration de l’AIE, incluant un plan de participation et consultation des parties prenantes ;
iii)Description des systèmes agricoles utilisés par les paysans ;
iv)Réalisation de l’étude d’impact de ces systèmes sur l’environnement en général, en privilégiant l’étude sur les domaines particuliers du sol, des ressources en eau, de la couverture arborée/forêt, de la biodiversité et du climat ;
v)Identifier de manière notamment participative (paysans, acteurs des ONG) les pratiques connues et mises en œuvre permettant de positiver ou d’atténuer l’impact sur l’environnement ;
vi)Identification de recommandations concrètes permettant d’atténuer l’impact négatif identifié des systèmes agricoles sur l’environnement
vii)Présentation de l’outil méthodologique et des résultats de l’AIE dans le cadre d’un atelier paysan ;

2) Lot 2 :

Objectifs et résultats attendus :

L’objectif général de cette partie de l’étude vise à la thésaurisation en vue de leur amélioration, diffusion et partage des pratiques d’amélioration de la fertilité du sol mises en œuvre par des paysans dans le cadre de leurs systèmes agricoles, partenaires de l’ONG CCDS.
Le consultant construira cette étude sur base des savoirs et expériences qui résident au sein des animateurs des ONG’s et des agriculteurs ayant mise en œuvre ses pratiques (contenant le problème de base auquel on veut remédier, l’itinéraire technique proposé, les ressources requises (input), la faisabilité de la pratique, leur impact environnemental,…), des apprentissages. Il est important d’y allouer le temps nécessaire vue les efforts effectués depuis plusieurs années et les avancées réalisées par le public cible.

Les résultats attendus sont les suivants :

1)Rapport de capitalisation des informations ;
2)Réalisation de supports décrivant ces pratiques en vue d’une vulgarisation auprès des animateurs des ONG’s et des OPA (fiches techniques) ;
3)Restitution des constats des pratiques d’amélioration de la fertilité du sol mises en œuvre par la CCDS au sein de l’atelier provincial PREPAR organisé au Congo-Central dans la 2ème quinzaine d’avril 2016.

Tâches du consultant :
i)Participer à une réunion préalable et une réunion de retour de mission avec WWF BE et ULB Coopération (physique ou par skype) ;
ii)Développement d’un plan de travail et d’une méthodologie pour l’élaboration de l’étude, incluant un plan de participation et consultation des parties prenantes ;
iii)Un rapport intégrant les informations nécessaires en vue d’une capitalisation des expériences des systèmes agricoles améliorés mis en œuvre à Kisantu par le CCSD et ses partenaires ;
iv)Des fiches descriptives et pédagogiques décrivant les systèmes agricoles mis en œuvre par le CCSD à Kisantu (situation de départ (système agricole appliqué), problématique, impact environnemental, réponse/description de la pratique améliorée, son itinéraire technique, ses besoins (en termes d’apports, etc), sa faisabilité, points d’attention, pistes d’amélioration, impacts (tant au niveau d’une amélioration d’un point de vue agricole qu’environnementale),… ;
v)Une base synthétisée des points précédents (écrite, powerpoint ou autre et contenant la présentation des fiches techniques) pour la restitution aux OPA au sein de l’atelier provincial du PREPAR dans le Kongo-Central ;
vi)Une restitution physique en lien avec la comptabilisation des expériences des pratiques améliorées misent en œuvre par le CCSD et ses partenaires à Kisantu au sein de l’atelier PREPAR qui se tiendra dans le Kongo-Central dans la 2ème quinzaine d’avril 2016 (date à être confirmé en mars 2016).
4.Qualification, compétences, connaissances et expériences requises
Pour le Lot 1 le Consultant doit avoir le profil suivant :
- Agronome, sociologue, économiste,… ;
- Ayant de l’expérience avec des analyses d’impacts environnementales d’activités agricoles dans les tropiques et dans un contexte comme la RDC ;
- Habitué à faire des enquêtes semi-directives auprès d’OPA et ONG locales ;
- Sens de l’écoute de différents types d’acteurs (techniciens, paysans,…) ;
- Expérience avec des démarches participatives ;
- Compétences pédagogiques ;
- Capable de recouper les informations auprès de différents acteurs ;
- Maitrise de la langue française

Pour le Lot 2 le Consultant doit avoir le profil suivant :

- Agronome, sociologue, économiste,… ;
- Connaissances du contexte agricole en RDC et son impact sur l’environnement ;
- Expérience avec des systèmes agricoles améliorés voire durables dans un contexte Congolais ;
- Ayant de l’expérience avec la capitalisation des expériences moyennant une approche participative ;
- Habitué à faire des enquêtes semi-directives auprès d’OPA et ONG locales ;
- Sens de l’écoute de différents types d’acteurs (techniciens, paysans,…) ;
- Expérience avec des démarches participatives ;
- Compétences pédagogiques ;
- Bonne maitrise rédactionnelle ;
- Bonne maitrise de la langue française ;
- Maitrise de la langue locale (Lingala) est un atout.

5. Budget disponible

Le budget total disponible et toutes charges comprises (coûts liés aux honoraires ainsi qu’aux vols, hébergement, TVA, etc) pour les 2 lots s’élève à 15.000 euros.
Le budget indicatif pour le Lot 1 s’élève à 9.000 euros (TVA incl), pour le Lot 2 6.000 euros (TVA inclus).
Il est possible de soumissionner pour les 2 lots, le budget total disponible pourra dès lors être utilisé en appliquant une alot. utre proportion de budget par

6. Eléments à fournir pour soumissionner
La proposition du prestataire devra contenir les éléments suivants :
- Une lettre de soumission ;
- Une offre technique (version papier et/ou électronique) faisant apparaître la méthodologie, le calendrier d’intervention, et les moyens de mis en œuvre pour réaliser la prestation ;
- Un résumé de l’expérience du soumissionnaire indiquant clairement les expériences similaires à l’objet de la présente consultance avec mention de références et le domaine de spécialisation ;
- Une offre financière libellée en EUROS détaillant les différents postes inclus dans cette offre.
Ces éléments doivent être fournis à Mone Van Geit, chargée de projets des programmes internationaux du WWF Be, et aux adresses suivantes : francoise.ansay@wwf.be et mone.vangeit@wwf.be au plus tard le mercredi 15 février 2016.
Pour toute information complémentaire, contacter Françoise Ansay au +32 2 340 09 71.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 265 / 52772

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos partenaires  Suivre la vie du site Partenaires internationaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.5 + AHUNTSIC

Adresse du siège de la FOPAC NK: 78, Avenue Walikale,Quartier Himbi II;Commune de Goma, Ville de Goma,Province du Nord-Kivu
Tél : Conseil d'Administration: +243994 196 568
Secrétaire Exécutif: +243 998 625 497/ +243 811 706 019
E-mail : fopacrdc@yahoo.fr et fopacrdcongo@gmail.com

Soutenu par la DGD (Belgique)  et le CSA