Fédération des Organisations des Producteurs Agricole du Congo au Nord-Kivu
Partenariat FOPAC NK - AGRITERRA

Nourrir la pomme de terre avec l’engrais organique pour une meilleure production

jeudi 27 juin 2019 par Jean Baptiste Musabyimana

Après trois jours, les participants à la formation sur comment installer des composts dans la production de la pomme de terre au Nord-Kivu, sont aguerris. La vingtaine d’agriculteurs de la pomme de terre venus de Nyiragongo et de Masisi, sont devenus capables de fabriquer un compost, des produits phytosanitaires organiques et d’en former plusieurs autres, chacun dans son village. A la satisfaction d’Agriterra et des responsables des coopératives d’appartenance à travers un appui-conseil de la Fédération des Organisations des Producteurs Agricoles du Congo au Nord Kivu, FOPAC NK.

"Je compte mettre en pratique ce que nous avons appris et en parler avec les jeunes agriculteurs de Kilorilwe qui veulent accroitre la production de la pomme de terre dans leurs entité", déclarait Yvette Sifa, une jeune agricultrice de Masisi, membre de la Coopérative agricole de Masisi (COAMA). Elle s’exprimait après une formation de 3 jours qui a porté sur la fabrication des engrais organiques, organisée en partenariat entre la Fédération des Organisations des Producteurs Agricoles du Congo au Nord-Kivu (FOPAC NK). Les participants à cette formation connaissent désormais les avantages de l’engrais organique sur la culture de la pomme de terre. "Ils sont chers, inaccessibles et détruisent le sol en y apportant de l’acidité", explique Matthieu Dusabe, jeune agriculteur de Nyiragongo, membre de la Coopérative, ADECOB "Au contraire", ajoute-t-il, nous pouvons produire localement l’engrais organique avec de la cendre, de l’eau, du sucre, de la levure, des feuilles de plantes sèches ou crues, de la poudre de roche, tout cela mêlé au sel minéral. Après 30 jours, on peut les rependre sur son champ", conclue-t-il.

Travailler dans le respect de l’agro-écologie

Xaverine Nzabonimpa de COOFEBIN, Coopérative des Femmes pour le Bien-être de Nyiragongo, qui a commencé à utiliser l’engrais organique partage son expérience : "Je produis 1 tonne de pommes de terre sur une superficie de 40m x 80 à Kibumba (ndlr : en territoire de Nyiragongo, au Nord-Kivu)." L’autre satisfaction est d’Yvette Sifa. Elle explique : "Apprendre que l’engrais organique et la solution cendre sont efficaces dans la production de la pomme de terre et cette formation est salutaire pour moi, parce que désormais, les abeilles de notre contrée ne seront plus détruites par l’usage du Cypermetrin (ndlr : c’est le produit chimique qu’ils ont toujours utilisé pour soigner les prédateurs de leur culture." Augustin Balasalitse, Vice-président de la COOPADECO n’a pas caché sa satisfaction. "Désormais, nous n’aurons plus de soucis par manque de produits chimiques, les ingrédients de production des engrais organiques étant à notre portée", explique-t-il. Il ajoute : "Avec le compost, notre agriculture va se poursuivre avec l’usage de biofertilisants et l’usage des cendres au lieu des produits chimiques va protéger les insectes".

Gare au NPK

La formation sur la production de l’engrais organique a permis aux participants d’apprendre la théorie et la pratique. Le facilitateur de la réflexion a enseigné la valorisation des produits locaux. Aux dires de Remy Muramira, spécialiste en agriculture puis conseiller d’entreprise d’Agriterra au Rwanda, les agriculteurs qu’il a formé savent désormais qu’un agriculteur avisé évitera l’utilisation excessive des produits chimiques composés d’azote, de phosphore et de potassium (NPK) quelque fois qui peuvent augmenter l’acidité du sol au cas où les principes ne sont pas bien respectés. Il faut leur préférer les engrais organiques composés d’ingrédients locaux.
Selon Deogratias Mvuningoma, membre de la Coopérative des Producteurs Agricoles de Rubaya (COAPARU), cette formation a permis de nous apprendre comment fabriquer le compost. "Nous y avons aussi appris à produire des produits phytosanitaires (bio fertisants et cendre solution). Ainsi, nous allons désormais recycler nos déchets agricoles et dépendre moins de l’étranger en matière d’engrais chimiques".
"Cette formation a été une opportunité car, derrière la vingtaine de participants, nous devons voir les différents villages qu’ils représentent et qui sont les différents bénéficiaires de ces enseignements", disait satisfaite Eugénie Mastaki, au nom d’Agriterra, un des partenaires financiers de FOPAC NK en RDCongo.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 212 / 96704

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Publications  Suivre la vie du site La lettre d’information   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.5 + AHUNTSIC

Adresse du siège de la FOPAC NK: 78, Avenue Walikale,Quartier Himbi II;Commune de Goma, Ville de Goma,Province du Nord-Kivu
Tél : Conseil d'Administration: +243994 196 568
Secrétaire Exécutif: +243 998 625 497/ +243 811 706 019
E-mail : fopacrdc@yahoo.fr et fopacrdcongo@gmail.com

Soutenu par la DGD (Belgique)  et le CSA