Fédération des Organisations des Producteurs Agricole du Congo au Nord-Kivu

Message du Président de la CONAPAC, Mr. Paluku Mivimba, à l’occasion du nouvel an 2020

vendredi 10 janvier 2020 par Jean Baptiste Musabyimana

Chers producteurs agricoles, chers membres des différents groupements des producteurs et productrices agricoles, chers membres des différentes fédérations provinciales, chers partenaires étatiques et non étatiques de la CONAPAC.
Au moment où nous clôturons cette année 2019, pour rentrer de pleins pieds dans l’année 2020 dans quelques minutes, la CONAPAC profite de cette occasion pour réitérer toutes nos félicitations et remerciements à tous et à toutes qui nous ont aidés à accomplir nos différentes activités d’appui à l’agriculture familiale en R.D.C pour l’an 2019.

En effet, cette année 2019 n’aura pas été une année facile, bien que des signes positifs aient annoncé une nouvelle ère, notamment par les faits ci-après :
La passation pacifique de pouvoir entre l’ancien et le nouveau président de la république au mois de janvier 2019.
L’installation des institutions publiques (parlement, sénat et plus tard le gouvernement au niveau national et des gouvernements et assemblées provinciales au niveau des provinces),
Au plan interne, nous avons pu renforcer nos équipes par des nouvelles unités (plaidoyer) et
L’engagement réitéré de nos partenaires techniques et financiers de continuer à appuyer la CONAPAC.
L’année qui s’achève aura été aussi celle des grands enjeux car, elle a été consacrée à la révision de nos textes fondamentaux pour une nouvelle orientation de nos actions vers les activités économiques des membres (statut avec une implication sur nos règlements et notre MAPAF). Elle a été aussi une année des grands enjeux sur le plan du plaidoyer à faire pour autant que toutes les institutions publiques avaient été mises en place.
Nous avons aussi réalisé des grandes avancées pour le rapprochement avec le secteur minier dans le but d’orienter leurs actions vers l’agriculture durable pour une exploitation apaisée des ressources naturelles.
La CONAPAC a encore des défis majeurs autour de la structuration et de l’implantation des fédérations dans les nouvelles provinces. Tel est le cas des fédérations du Nord UBANGI, du Haut KATANGA et de la LOMAMI.
Les résolutions prises lors de la dernière assemblée générale tenue à Kinshasa au mois d’octobre ont prouvé que nous avions encore du chemin à parcourir pour construire une vision commune de notre dynamique parmi les membres et les leaders.
La douloureuse séparation à l’issu de cette assemblée, nous oblige de ressouder les rangs et de nous ressaisir afin de prouver à la face du monde, que nous constituons une alternative à la vie démocratique.
Mesdames, mesdemoiselles et messieurs cher (e ) s producteurs et productrices,
L’an 2020 s’annonce donc avec des nombreux défis parmi lesquels :
1. L’institutionnalisation et l’opérationnalisation de la vision économique que nous devrons imprimer dans toutes nos actions futures pour renforcer les dynamiques paysannes.
2. Faire de la CONAPAC, plus une force de proposition et non seulement une dynamique de revendication.
3. Les réformes internes s’imposent pour intégrer les nouvelles configurations fonctionnelles des organes notamment le conseil d’administration.
4. Les réaménagements de nos équipes exécutives en fonction des grandes orientations prises par l’A.G.
5. La mobilisation plus de moyens pour revitaliser nos activités sur terrain surtout au niveau interne afin de dépendre de moins en moins de l’extérieur.
Bref, l’année qui commence ne sera pas facile et c’est à ce titre que chacun de nous devra y mettre du sien pour relever les multiples défis.
Parmi les multiples chantiers, il faudra aussi intégrer les actions auprès du gouvernement qui est entrain de lancer des vastes programmes agricoles mobilisant d’importants moyens pour relancer l’agriculture en R.D.C.
La CONAPAC, reste perplexe compte tenu des orientations prises généralement par le gouvernement pour ces différents programmes. En effet, l’installation des zones agro-industrielles, les programmes volontaristes pour une agriculture durable en RDC ; ne nous convainc pas par rapport au mode opératoire qui risque encore une fois de paraitre comme la duplication de la formule des parcs agro-industriels que nous avons connus avec le régime passé.
Loin d’en vouloir faire une évaluation, l’impact de cette approche sur la vie des petits producteurs familiaux n’a pas été à la hauteur des attentes et des moyens investis.
La CONAPAC propose donc au gouvernement un modèle alternatif d’appui direct aux ménages agricoles producteurs familiaux au lieu de privilégier uniquement les gros modèles de productions industrielles et intensives qui ont montré leurs limites. Non seulement ils accaparent les terres des autochtones, mais aussi rendent ces derniers des prolétaires mal traités sur leurs propres terres.
La sécurisation des terres des communautés face à l’engouement des grands investisseurs annoncés par le gouvernement, doit aussi être une des grandes préoccupations autour de laquelle la CONAPAC devra se concentrer cette année 2020. L’engagement dans le processus de la réforme foncière piloté par la CONAREF en cours en RDC s’inscrit dans cette logique.
Le gouvernement congolais devra prendre des mesures préventives pour sécuriser les terres des communautés face à ces risques d’accaparement terres par des investisseurs qu’il fait venir au pays.
La CONAPAC soutient le modèle de création des agri-entrepreneurs familiaux et non des ouvriers prolétaires à la solde des grandes entreprises qui ne visent que les profits de leurs actionnaires.
C’est à ce niveau qu’il faudra placer toute la lutte et le plaidoyer auprès du gouvernement pour que ce dernier puisse revoir si non jeter aussi un coup d’œil sur l’autre type d’agriculture qui favorise le plus grand nombre de congolais ; l’agriculture familiale.
Le chantier de la mise en place d’une politique agricole nationale par la CONAPAC, s’inscrit dans la logique de l’amélioration du cadre légal régissant le secteur agricole en R.D.C.
Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, chères productrices et chers producteurs agricoles, chers partenaires,
Nombreux de nos producteurs et productrices ont connu des moments très difficiles en 2019 et dans les provinces de l’ITURI, du Nord et du Sud Kivu, dans le TANGANYIKA, le Maniema des ménages entiers ont été massacrés dans leurs champs, ceux qui ont échappé à ce triste sort ont été obligés d’abandonner leurs exploitations et leurs terres.
Et comme si cela ne suffisait pas, la maladie à virus Ebola a aussi décimé des milliers des producteurs et productrices agricoles dans les provinces du Nord Kivu et de l’Ituri.
Nous ne pouvons passer sous silence cette situation d’insécurité qui plonge nos producteurs agricoles dans la misère et dans l’incapacité d’exploiter leurs champs.
La CONAPAC salue les efforts fournis par le gouvernement pour maitriser les criminels et leurs complices et l’encourage à mettre tout en œuvre pour que la sécurisation des toutes les zones en proie à cette crise depuis plus de 5 ans maintenant soit une réalité.
Il en est de même pour les efforts fournis pour lutter contre la maladie à virus Ebola. Elle interpelle aussi la communauté internationale afin qu’elle soit un véritable appui à la R.D.Congo pour éradiquer ce mal qui freine le développement du pays.
Puisse le Tout puissant de calmer les esprits de ceux qui ont perdu les leurs, les plus chers. La CONAPAC s’associe à eux dans cette épreuve douloureuse.
On ne peut pas accroitre la production, dans un contexte d’insécurité.
Nous invitons donc le gouvernement et la communauté internationale, y compris tous ceux qui peuvent donner leur contribution à restaurer la paix dans ces provinces afin de permettre à nos exploitants agricoles de récupérer leurs terres, leurs champs et d’œuvrer à toute quiétude.
Chers producteurs et chers productrices, en ce début d’année, nous profitons de l’occasion pour vous transmettre nos vœux les meilleurs.
Que cette année soit celle de la prospérité qui délivrera notre pays de la dépendance alimentaire qui fait honte à nous tous, producteurs agricoles et les dirigeants du pays.
Nous ne pouvons finir ce mot, sans remercier tous nos partenaires techniques et financiers en particulier ceux qui sont engagés dans le PASPOR en appui direct à la CONAPAC notamment TRIAS, SOSFAIM, SOLSOC, CONGODORPEN,RCN, CARITAS, WWF Université libre de Bruxelles, RIKOLTO. Leur appui nous a permis de réaliser nos ambitions pour cette année qui s’achève et nous sollicitons encore une fois leur confiance pour cette année 2020 afin de nous permettre de répondre de manière plus efficace, mieux qu’hier, aux nombreux défis qui nous attendent.
Que vive les producteurs et productrices agricoles
Que vive la CONAPAC
Que vive la R.D.C.

BONANA 2020.
Ainsi fait à Kinshasa, le 1er janvier 2020.
METHUSALEM PALUKU MIVIMBA
Président.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 109 / 120532

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos activités  Suivre la vie du site Lobbying et plaidoyer   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.5 + AHUNTSIC

Adresse du siège de la FOPAC NK: 78, Avenue Walikale,Quartier Himbi II;Commune de Goma, Ville de Goma,Province du Nord-Kivu
Tél : Conseil d'Administration: +243994 196 568
Secrétaire Exécutif: +243 998 625 497/ +243 811 706 019
E-mail : fopacrdc@yahoo.fr et fopacrdcongo@gmail.com

Soutenu par la DGD (Belgique)  et le CSA